Accusé de non-assistance à patrimoine en danger

Paru le

Non disponible.

En moins de 50 ans, 33 % du bâti traditionnel qui raconte notre histoire architecturale au cours des siècles a été irrémédiablement détruit. Le patrimoine bâti n’est pas une ressource renouvelable. Et les métiers traditionnels de la construction, seuls à pouvoir conserver l’authenticité de ce Trésor national, sont sur le point de s’éteindre. Au surplus, ces deux valeurs culturelles irremplaçables constituées, l’une de pierres et de bois, l’autre des connaissances et des tours-de-main des artisans, ne peuvent survivre l’une sans l’autre.

Rapport d’enquête et acte d’accusation, cet essai polémique lance l’ultime alarme concernant la menace à ces marqueurs les plus importants de notre ADN culturel après la langue : nos patrimoines du bâti.

L’auteur y décrit la mort annoncée de ces patrimoines indissociables, telles les deux faces d’une médaille. Il avait pourtant prévu cette catastrophe dans une vaste étude socioéconomique qu’il a réalisée en 1992-1993, travaux soutenus et cogérés par le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCC), l’institution responsable de la sauvegarde et de la transmission du visage de notre culture aux générations qui nous suivent. Le MCC n’a pas cru en ses recommandations, tant est-il qu’il en ait pris connaissance, car rien n’a été modifié pour corriger sa politique déficiente.

Ce réquisitoire constitue un cri du coeur visant à mobiliser les intervenants du milieu ainsi que tous les amoureux de notre bâti ancien pour le dernier combat contre cette catastrophe intolérable qui ne pourrait que contribuer à nous faire disparaître comme nation distincte.

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres