Avard chronique

Collection : Nouvelles

Non disponible.

Avard chronique : déviation du regard qui provoque un état d'esprit subversif. Le malade dubit alors une enflure du sens critique par rapport au monde qui l'entoure. Rappelons-nous. Autrefois, il était normal d'assister à la défécation d'un roi. En 1895, on condanna Oscar Wilde aux travaux forcés parce qu'il était homosexuel. Au début du XXe siècle, un orang-outang partageait sa cage avec un Pygmée au zoo de New York. Jusqu'en 1940, les femmes québécoises n'avaient pas le droit de vote. Hier, on se génocidait à qui mieux mieux en Afrique. Aujourd'hui, le Canada croit aider en faisant la guerre. Remettre en question l'ordre établi est un acte citoyen. Cette contestation se nourrit de l'espoir que notre époque est moins heureuse que celle de demain. Par des billets choisis parmi les chroniques rédigées par Avard pour divers événements ou publications, découvrez notre monde autrement. La lecture d'un texte chaque soir, avant de s'endormir, éveille l'esprit à une graduelle et séditeuse lucidité. Contester la bêtise ambiante constitue un premier signe de guérison.

Les libraires vous invitent à consulter

François Avard et Les Nombrils

Par publié le

En mai dernier, nous apprenions que la désormais célèbre série de bandes dessinées québécoises Les Nombrils, créée par le couple Maryse Dubuc (scénario) et Marc Delafontaine (dessins), sera adaptée au cinéma, et deux fois plutôt qu’une. Une de ces réalisations sera un film d’animation dont la scénarisation sera assurée par François Avard qui nous a déjà offert des séries telles que les impayables Bougon, la clique débridée de C.A ou les réjouissants Beaux malaises. Rencontré par Laura Martin du

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres