Le totalitarisme pervers : D'une multinationale au pouvoir

Éditeur ECOSOCIETE
Collection : Polemos
Paru le
Papier ISBN: 9782897194048
Numérique - Epub Protection: filigrane ISBN: 9782897194062
Offrir en cadeau numérique
Numérique - Pdf Protection: filigrane ISBN: 9782897194055
Offrir en cadeau numérique
Disponibilité en librairie :
Quantité

Peut-on parler de « totalitarisme » quand il s’agit de nommer le pouvoir des multinationales tel qu’il s’est construit et imposé depuis le début du XXe siècle ? Alors que la pratique politique moderne voudrait que les sujets d’une collectivité obéissent aux lois, non aux puissants, on assiste à un renversement pervers. Ce sont les multinationales, aujourd’hui, qui soumettent la délibération des assemblées politiques à d’autres « lois », leurs lois, qu’elles s’assurent de rendre efficaces : la « loi » du marché, la « loi » de la concurrence, la « loi » universelle de l’offre et de la demande. L’entreprise Total est un cas d’école en la matière.   Ce livre étudie la façon dont cette pétrolière s’est constituée telle une autorité souveraine de nature privée, imitée en cela par d’autres multinationales. Se présenter comme la « huitième des Sept Sœurs », en référence aux majors du pétrole, et se dire « total » pour bien marquer cette prétention, c’était, au milieu du XXe siècle, chercher à s’imposer à son tour dans un ordre où les sociétés multinationales se développaient indépendamment des États qui les avaient créées, à la manière d’un Frankenstein.   À quelle totalisation ou à quel totalitarisme aspire Total ? Telle est la question que son nom soulève, lequel mérite d’être pris au sérieux. Plusieurs sont tentés de réserver l’appellation totalitarisme à une période historique particulière, à savoir la première moitié du XXe siècle. Or, d’autres époques subissent également les effets totalisants de régimes coercitifs. […] Tout est affaire de confusion. La perversion réside dans la façon d’élaborer des lois à prétentions fondamentales, comme s’il s’agissait de conceptions idéales désormais prescrites. Ce sont elles qui soumettent la vie parlementaire à des enjeux d’économie de marché ou le développement psychologique des sujets dans l’ethos de l’individualisme libéral. C’est également ainsi que les ayants droit de tels régimes en arriveront à se poser en « créateurs de richesse », en « créateurs d’emplois » et, pourquoi pas, en « garants des libertés et de la démocratie », quand il ne s’agira pas, par le mécénat, de se présenter enfin pour des « créateurs d’art et de science ». - Alain Deneault, extrait.    

Les libraires vous invitent à consulter

Jouer d’audace : 30e Salon du livre de Trois-Rivières

Par publié le

Du 22 au 25 mars, la ville de Trois-Rivières sera l’hôtesse du 30e Salon du livre de Trois-Rivières qui déploiera ses activités au Centre des congrès de l’Hôtel Delta. Les mots d’ordre choisis pour cette édition anniversaire sont « Jouer d’audace », une invitation à laisser libre cours à l’imagination et à célébrer l’improbable. Pour l’occasion, le président d’honneur sera l’auteur français Alexandre Jardin dont le plus récent livre, Ma mère avait raison (Grasset, 2017), renoue avec les récits

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres